Forums » parolle poeme le concour:

parolle poeme le concour  

Lancé par itachi--wa - 5 réponses - Page 1



itachi--wa
itachi--wa
Bon Genin

parolle poeme le concour

si vous ecrivez des paroles ou des peomes, que vous etes amateurs ou pas, ce petit concours est la pour savoir vos capacitez

c'est pour le fun il n'y a rien a gagner et pas de juge ni arbitre ou alors c vous

les comentaires sur les oeuvres des autres serai le bienvenu ^^

je poste la miene et bn chance smile


LE FLEUVE DE VIE

Couplet : la vie est un fleuve tranquille
Termine sa route en ville  et se jette aux abîmes
Il ne reste qu ‘à espérer que le  fleuve ne soit agité sinon tu n’as qu’a galérer
Pour atteindre la rive et la rime


REFRAIN : si le fleuve est agité-faut ramer
Si le fait de couler-te fais flipper essai  de remonter et ne plus y penser   
Suffit de nager pour ne pas sombrer


Couplet : la vie si tu t’y attaches elle t’échappera entre les mains
Comme la goutte de ce refrain  choisis ton chemin
Tu verras demain


Refrain

La corde au cou
L’eau en dessous
Reste tranquille ya des remous
Le temps dgeler et dpenser
Au fleuve qui vient de s’écouler   

Refrain     


Tout ça pour ça
Bonjour l’estuaire
Et de retour à la mer
Regarde en arrière
Et se rend compte que tout est à refaire


Refrain

 

ItachiLegend
ItachiLegend
Excellent Genin

Re: parolle poeme le concour

A prendre au second degré.

La chorale des péteux !

Douze invités bien ventrus,
Aux langues bien pendues,
Trônaient à ma table,
Pour une fête mémorable

Et là, je pète sur ma chaise
Créant comme un malaise
Un digestion de merguez
Qui n'sentait point la fraise

"Qui qu'a pété, ça vient d'où ?"
- C'est pas nous, pas nous"
- L'est bien pourri du trou
- Mais c'est pas nous, pas nous !"

Puis, un prout surgit soudain
Mais ce n'était pas l'un des miens
Les regards cherchaient la faille
De la coupable canaille
Qui avait eu l'odieuse audace
De lâcher ce prout tenace

Puis un, puis deux, puis trois
Les prouts se lâchaient avec joie
Et ces vieux adolescents
Papa, grands papa à présent

Dans les fou rires s'entraînant
Entamèrent un concert puant
En cette soirée se transformant
En une chorale des idiots pétants !

PROUT !

Nan ? Ok

 

itachi--wa
itachi--wa
Bon Genin

Re: parolle poeme le concour

des bonnes rimes ( bon le themes.....) mais jvoi bien bigard la chanté MDR

Cliquez pour afficher le texte caché. Attention, Spoil.

 

Chocoweed
Chocoweed
Etudiant

  • 294 Messages | Galerie | Recueil | Offline

Re: parolle poeme le concour

Un soir il vint dans ma chambre,
Son regard se posa sur mes draps.
Un frisson parcouru mes membres
Puis il s'est assis près de moi.

Il se glissa à mes côtés,
je sentais ses mains un peu partout.
Il me dit qu'il se devait
De m'initier aux sujets tabous.

Ca m'a paru durer une éternité
Pourtant ça n'a duré que quelques minutes,
Et en entendant ma mère arriver
Il s'est vite levé pour éviter une lutte.

Elle ne se doutait de rien
Pensant qu'il ne faisait que passer.
Mais depuis, j'évite tout entretien
Avec ce père qui m'a souillée.

88

lovingaara
lovingaara
Bon Genin

  • 90 Messages | Galerie | Recueil | Offline

Re: parolle poeme le concour

Je vais t'en mettre plusieurs. Ca va faire pavé, mais après tout, ils sont pas mauvais et je mets pas les vulgaires ici. x)
~

Haine :

La Haine engendre la Haine.
La Violence engendre la Violence.
Mon coeur est empli de peine,
En dépit de ce que les gens pensent.

Mes souffrances ont forgé mon caractère.
Il est devenu fort avec le temps.
Sur mon visage n'apparaitra aucune colère.
C'est dans mes actes que l'on verra mes tourments.

Tuer n'est pas mon objectif.
Ce n'est pas assez cruel.
Il faut les priver d'être actifs.
C'est ma théorie, j'y reste fidèle.

Ne leur laisser que quelques sens.
La vue, l'ouïe et la douleur physique suffiront.
Dans leur tête, ils sombreront dans la démence,
Sans option d'émettre la moindre opinion.

Ils n'auront d'autre choix que de voir et d'écouter,
Tout ce qui se passera autour d'eux,
Puisque sans la parole ils ne pourront le demander,
Qu'on les laisse partir aux cieux.

Profiter de cette loi contre l'euthanasie,
Je trouve ça particulièrement amusant.
Ils seront paralysés dans leur lit,
Ils seront totalement impuissants.

Ils ne pourront ainsi que penser,
Se retourner leur bêtise dans leur tête,
Et attendre indéfiniment leur souffle dernier,
Pendant que je chanterai ma victoire à tue-tête.

Qu'ils paient à jamais,
Cloués dans leur lit.
C'est ainsi que je le pourrai,
Enfin sourire à la vie.
~

Sans regrets :

Au plus profond de ses propres entrailles,
Elle s'est emprisonnée.
Elle n'a laissé aucune faille,
Afin de renaître passé plusieurs années.

C'est aujourd'hui que cela doit arriver,
Le moment est enfin venu.
Il est temps de te réveiller,
C'est pour cette raison que je suis revenu.

Tu as bien plus que souffert,
Tu as su perdurer.
Ils ne t'ont malgré tout pas découvert,
Tu as pu ainsi le cacher.

Derrière les chaînes des Enfers,
Derrière cette malédiction,
Tu uses l'énergie des Univers,
Afin de préparer ta Résurrection.

Toi qui a su endurer,
Tu n'es devenu plus qu'un être sans Âme.
Parce qu'ils t'ont trop blessé,
Tu es devenu un être infâme.

Ton réveil n'est que plus douloureux,
Avec les souvenirs qui t'envahissent.
Tu ne peux que baisser les yeux,
Pour éviter d'effrayer tous ces immondices.

Ils t'ont anéantie de toute part,
Tu n'as rien répondu aux sarcasmes et aux moqueries,
Maintenant, c'est de haut que sur eux tu peux poser ton regard,
Avec ce sourire aux lèvres tels les Maudits.

De ce monde tu n'as pu retenir qu'une chose,
Il ne vaut pas le coup de les tuer,
Malgré qu'ils t'aient infligé l'overdose,
Ils pourriront d'eux-même dans leur imbécillité.

Tu es désormais éveillée,
Tu regardes la foule avec sadisme,
Ils sont complètement apeurés,
Malgré que personne en particulier tu ne fixes.

Tu pars sans te retourner,
Leur coeur s'emballe quand tu passes près d'eux,
Ils sont tels un chiot sans foyer,
Et toi tu resplendis de mille feux.
~

Oh puis zut, celui-là, je pense que ça peut passer.. x) Un peu violent par le thème :

Erf' qu'est qui m'dit lui?
Veut que j'lui arrache la vie?
T'veux t'battre sur le champ?
T'veux mon poing dans tes dents?

T'vas voir c'vite fait dans ta face!
J'suis pas tendre j'suis une garce!
C'va être une tuerie!
J'te l'garantis!

J'vais t'trouer sur place!
T'vas crever j'vais être de glace!
J'vais m'délecter de ton sang!
C'moi qui t'descend!

C'moi la patronne!
'Spèce de polchtronne!
Jamais tu m'battras!
Parce que j'crois qu'en ma foi!
~

Symphonie au Tout-Puissant (obligé que je la mette..) xD :

Oh Dieu Canard,
Toi qui m'l'a si bien mis dans l'Na-nard,
J'm'empresse d'caresser ton cigare !

Je m'incline devant Toi,
Si beau dans ta toge de soie,
Je suis prête à subir ta Divine Foi !

J'écarte les pattes arrière,
Tu me frappes le derrière,
Tu me dégomes, bien fier !

Si je n'obéis pas à ta Grandeur,
Punis-moi sans me faire de fleur,
Et je n'commettrai plus d'erreur !
~

Mère :

Je suis à tous votre Mère,
Moi, votre planète,
Qui vous ai permis de naître,
Je suis votre Terre.

Vous m'avez tellement déshonorée,
Vous n'avez fait que profiter,
Vous avez fait de moi un déchet,
Vous m'avez totalement bafouée.

Vous avez infligé la misère,
Vous m'avez conduite aux sanglots,
Vous m'avez planté ce couteau,
Au plus profond de mon être.

Quelle punition devrais-je vous infliger ?
Je suis dans l'obligation de vous soumettre,
Je puis me le permettre,
Pour qu'enfin vous compreniez.

La Mort ne vous fait pas peur ?
Je vais donc vous immobiliser,
Je vais vous tyranniser,
Jusqu'à ce que vous écoutiez mon propre Coeur.
J'ai assez attendu,
Que vos paroles ne soient écoutées,
Puisque jamais vous ne les pratiquez,
Je n'attendrai plus d'être entendu.

Vous m'avez mise en colère,
Je vais vous anéantir de toute part,
Vous hurlerez de désarroi,
Tandis que je me nourrirai de vos prières.

Plus jamais je ne cesserai,
Plus jamais je ne vous laisserai agir,
Puisque vous n'aviez pas penser à réfléchir,
De douleur vous hurlerez.

Je ne vous laisserai plus prendre le dessus,
Vous ne pourrez m'atteindre,
Vous allez vous éteindre,
Tandis que moi, d'exister, je continue.
~

Mort :

Elle m'attire,
Me tend ses bras,
Doucement je m'évade,
Dans un dernier soupir.
Elle pleure silencieusement,
Un léger sourire aux lèvres,
Des larmes de joie et d'ivresse,
De m'arracher aux indécents,
Je me noie lentement,
Dans les ténèbres,
Plus de place pour les rêves,
J'abandonne l'innocence,
Je me plonge dans son ombre,
Je laisse la raison aux faibles,
Je les laisse à leurs fables,
J'entre dans sa pénombre..
~

L'Arbre de Vie :

Je suis l'Arbre de Vie,
Mon ennemi m'a pétrifié,
Anéantissant mes subordonnés,
Jusqu'à la moelle il m'a pourri.

Dans son dos je me suis préparé,
J'ai accumulé suffisamment d'énergie,
La guerre l'a démoli,
Doucement je suis revenu la hanter.

La Terre m'a accueillie en son for,
J'ai été détruit si longtemps,
Qu'à force de souffrance j'ai abandonné la clémence,
Je suis devenu l'Arbre de Mort.

J'ai reconquis mon territoire,
Mes racines se sont à nouveaux propagées,
J'ai recréé une nouvelle armée,
De magnifiques roses noires.

Guettant, dans l'ombre,
Nous infligeons la misère,
Nous avons anéantis ceux qui peuplaient Notre Terre,
Les Ténèbres qui ont envahi nos coeurs sont devenus des êtres sombres.

Nos gardiens veillent,
Guettant que vous ne vous rebelliez,
Au risque de vous infliger,
Encore et toujours un éternel sommeil.
~

La Liane :

Moi je suis une liane,
Je m'accroche aux êtres paraissant être mes semblables,
Les humains me haïssent et m'aspergent de flammes,
Par leur faute, tout doucement, je me fane.
Je ne cesse de revenir,
Ils ne cessent de me détruire,
C'est un combat inutile,
Mes racines sont indestructibles.
~

Légende :

Sur l'océan,
Il vogue avec panache.
Personne ne l'attend,
Alors il sillone les mers sans relâche.
Son seul compagnon est le silence,
Parfois il scrute l'horizon un peu craintif,
Il se demande si son absence
Ne sera pas un unique motif
Pour le rayer définitivement des esprits,
Comme si on le blamait,
Comme si on lui arrachait la vie,
Sans même le rechercher.

Un sourire se dessine sur son visage,
L'idée lui plait légèrement,
La simple vision de son départ ne semble plus que mirage,
Il est tel une légende.
~

Divinité Mortelle :

Elle est la beauté,
Elle est la mort.
C'est une divinité,
Elle seule réserve le sort
Qui sera définitivement jeté
Sur les âmes et les corps
De ceux qui à son goût ont péché,
Ceux qui ne font de leur vie que confort,
Ceux qui ne jettent leur dévolu que sur les préjugés,
Ceux qui ignorent que sur toute la ligne ils ont tort.
Elle est la beauté,
Du haut des cieux elle sème la discorde,
C'est une divinité,
Sur ces peuples audacieux elle répand la mort.
~

Répugnant petit être :

Répugnant petit être
Qui se pense supérieur
Regarde par la fenêtre
Le peuple si inférieur
Un coup de tonnerre
Au loin se fait entendre
Une balle le transperce
Et ce noir qu'il appréhende
Répugnant petit être
Qui tout en haut se croyait si puissant
N'a plus de raison d'être fier
A tout jamais dans le néant.
~

Psychopathe..:

Une fois que vous avez posé votre regard sur elle,
Que vous avez osé poser vos mains sur son visage,
Tout ne sera plus qu'une série d'actes démentiels,
Car elle se transforme pour n'être plus qu'un sombre présage.

Elle riposte d'un coup violent et puissant,
Vous vous retrouvez à terre, à sa merci,
Lorsque vous levez les yeux, se glace votre sang,
Vous ne voyez plus qu'un être sans vie.

Son regard s'est vidé de toute émotion,
Sur ses lèvres s'est dessiné un sourire évocateur,
Comme si elle avait laissé place à un démon,
Qui dès à présent ne vous inflige plus que peur.

Elle a laissé ressortir sa véritable nature,
Du plus profond de ses entrailles,
Dès cet instant, n'est plus garanti votre futur,
Et vous, vous pensez seulement qu'elle déraille.

D'une main, elle vous soulève sans la moindre peine,
Vous inflige son coup le plus mortel,
Pétrifiés, les spectateurs ne peuvent que regarder la scène,
Au-dessus de vous, elle se penche puis vous chuchote une phrase à l'oreille.

Vos yeux s'écarquillent de terreur,
Elle dépose sur vos lèvres un baiser,
Tandis que doucement, s'arrête votre coeur,
Elle vous a anéanti sans la moindre pitié.

Ses paroles résonnent dans votre tête tel un sort :
" Je vais te donner ton dernier baiser,
Le baiser de la Mort. "
C'est désormais à l'état de poussière que vous êtes retourné.
~

Voilou. <_< Bon certains sont longs, mais comme on dit, plus c'est long, plus c'est bon ! big_smile

Dernière modification par lovingaara (15-10-2011 06:48:04)

lovin', ça ressemble à bovin.. Pour une Taureau qui ressemble à une vache, c'tait bien trouvé. (H)

red-obito
red-obito
Excellent Genin

Re: parolle poeme le concour

C'est bien dommage que cette page soit inactive, la poèsie s'est si enrichissant, pourtant.

Bon, j'en met un des miens pour la raviver (on respecte les droits d'auteurs hein ,merci smile)

:

Nous irons jouer

Nous irons jouer
Pieds nus
Dans les rues qui parcourent
Nos ciels
Sans autre douleur
Que le ciment qui nous brûle
La peau

Nous jouerons
Sans attente
Sans concours
Sans vainqueur

Que deux âmes
Chères-volant
S'en mêlant
De rires
Aux échos de ces vents

Ouais j'suis une fille pis mon perso c'est kakashi, ça te pose problème? :)

Pied de page des forums