Forums » Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.:

Lüge
Lüge
Etudiant

  • 623 Messages | Galerie | Recueil | Offline

Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

Après le drame de Charlottesville, le mot-clé #PunchANazi fait débattre de la légitimité de la violence à l’égard des militants d’extrême droite.

Fait symptomatique de la présidence Trump, c’est la deuxième fois en un an que le mème « Punch a Nazi » (« Frappe un néonazi ») est à l’affiche des réseaux sociaux américains. Une sorte de catharsis digitale à l’heure où le président des Etats-Unis défend les monuments en hommage aux confédérés, ménage l’extrême droite américaine et refuse de désapprouver explicitement les suprémacistes blancs après le drame de Charlottesville, en Virginie.
Dimanche 13 août, le lendemain de la manifestation « Unite the Right » qu’il a organisée dans cette ville américaine de l’Etat de Virginie, le militant nationaliste et raciste Jason Kessler a été frappé à plusieurs reprises avant d’être chassé de l’endroit où il devait donner une conférence de presse.

Comme le rappelle le site Mother Jones, l’histoire elle-même est pleine de confrontations physiques avec les partisans du IIIe Reich et leurs semblables. De la bataille de Cable Street à Londres, en 1936, où des milliers de fascistes ont été empêchés de manifester par une gigantesque coalition de juifs, de dockers et de communistes, à la marche « Death to the Klan » en Caroline du Nord, en 1979, au cours de laquelle trois manifestants antifascistes ont été tués.
Le débat est revenu en boucle sur Twitter et dans les médias en ligne après les événements de Charlottesville : « Is it OK to punch a Nazi ? » (« Est-ce acceptable de frapper un néonazi ? ») Les partisans de la méthode forte s’accordent pour trouver cet acte jouissif et symbolique nécessaire à la lutte contre la résurgence d’idéologies fascistes.

La lutte pour la justice est nécessairement subversive
Des arguments balayés par le Sud-Africain Tauriq Moosa dans une tribune du Guardian. Le chroniqueur considère qu’il s’agit d’un véritable dilemme éthique qui fait entrer deux règles morales en concurrence : « La violence, c’est mal » et « combattre le nazisme, c’est bien ». Pour lui, la normalisation des idées suprémacistes impose l’instauration d’une nouvelle règle morale selon laquelle il faut lutter contre le climat social qui accepte et nourrit le racisme.
« Frapper un néonazi, c’est affirmer que les idées racistes ne seront pas tolérées. Cela signifie que les gens qui veulent me voir moi et ma famille assassinés ne méritent pas le même respect que les autres. »
Pour appuyer son propos, Tauriq Moosa renvoie à un passage de la lettre de Martin Luther King rédigée en 1963 de sa prison de Birmingham à destination des « Blancs modérés », qui l’ont « gravement déçu ». Le pasteur y déplore :
« Le blanc modéré qui est plus attaché à l’“ordre” qu’à la justice ; qui préfère une paix négative issue d’une absence de tensions, à la paix positive issue d’une victoire de la justice ; qui répète constamment : “Je suis d’accord avec vous sur les objectifs, mais je ne peux approuver vos méthodes d’action directe” ; qui pense de façon paternaliste qu’il peut diriger l’agenda de la liberté d’un autre homme et qui conseille systématiquement au Nègre d’attendre “une saison plus appropriée”. »

Je crois que parfois la violence est légitime. Vous en pensez quoi ? (réfléchir avant d'écrire.)

Tu non stultus habe.

Shimura©
Shimura©
Excellent Chuunin

  • 24 Messages | Galerie | Recueil | Offline

Re: Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

Lüge a écrit:

Après le drame de Charlottesville, le mot-clé #PunchANazi fait débattre de la légitimité de la violence à l’égard des militants d’extrême droite.

Fait symptomatique de la présidence Trump, c’est la deuxième fois en un an que le mème « Punch a Nazi » (« Frappe un néonazi ») est à l’affiche des réseaux sociaux américains. Une sorte de catharsis digitale à l’heure où le président des Etats-Unis défend les monuments en hommage aux confédérés, ménage l’extrême droite américaine et refuse de désapprouver explicitement les suprémacistes blancs après le drame de Charlottesville, en Virginie.
Dimanche 13 août, le lendemain de la manifestation « Unite the Right » qu’il a organisée dans cette ville américaine de l’Etat de Virginie, le militant nationaliste et raciste Jason Kessler a été frappé à plusieurs reprises avant d’être chassé de l’endroit où il devait donner une conférence de presse.

Comme le rappelle le site Mother Jones, l’histoire elle-même est pleine de confrontations physiques avec les partisans du IIIe Reich et leurs semblables. De la bataille de Cable Street à Londres, en 1936, où des milliers de fascistes ont été empêchés de manifester par une gigantesque coalition de juifs, de dockers et de communistes, à la marche « Death to the Klan » en Caroline du Nord, en 1979, au cours de laquelle trois manifestants antifascistes ont été tués.
Le débat est revenu en boucle sur Twitter et dans les médias en ligne après les événements de Charlottesville : « Is it OK to punch a Nazi ? » (« Est-ce acceptable de frapper un néonazi ? ») Les partisans de la méthode forte s’accordent pour trouver cet acte jouissif et symbolique nécessaire à la lutte contre la résurgence d’idéologies fascistes.

La lutte pour la justice est nécessairement subversive
Des arguments balayés par le Sud-Africain Tauriq Moosa dans une tribune du Guardian. Le chroniqueur considère qu’il s’agit d’un véritable dilemme éthique qui fait entrer deux règles morales en concurrence : « La violence, c’est mal » et « combattre le nazisme, c’est bien ». Pour lui, la normalisation des idées suprémacistes impose l’instauration d’une nouvelle règle morale selon laquelle il faut lutter contre le climat social qui accepte et nourrit le racisme.
« Frapper un néonazi, c’est affirmer que les idées racistes ne seront pas tolérées. Cela signifie que les gens qui veulent me voir moi et ma famille assassinés ne méritent pas le même respect que les autres. »
Pour appuyer son propos, Tauriq Moosa renvoie à un passage de la lettre de Martin Luther King rédigée en 1963 de sa prison de Birmingham à destination des « Blancs modérés », qui l’ont « gravement déçu ». Le pasteur y déplore :
« Le blanc modéré qui est plus attaché à l’“ordre” qu’à la justice ; qui préfère une paix négative issue d’une absence de tensions, à la paix positive issue d’une victoire de la justice ; qui répète constamment : “Je suis d’accord avec vous sur les objectifs, mais je ne peux approuver vos méthodes d’action directe” ; qui pense de façon paternaliste qu’il peut diriger l’agenda de la liberté d’un autre homme et qui conseille systématiquement au Nègre d’attendre “une saison plus appropriée”. »

Je crois que parfois la violence est légitime. Vous en pensez quoi ? (réfléchir avant d'écrire.)

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTDLPif_LjxVIMD-vwKSb2srWbHtWMmjl0dOjSR118uKZTZ6jxyCw

Nostrad For Ever

Necrosis
Necrosis
Bon Genin

  • 47 Messages | Galerie | Recueil | Offline

Re: Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

J'en pense qu'il vaut mieux laisser les fa et antifa s'entretuer puis abattre les survivants, ça évite le gâchis de munition

Réfléchir avant d'écrire mais surtout réfléchir avant d'agir, choses qu'oublient de faire les extrêmes (quelque soit leur penchant)

Celui qui est entrain de tomber, garde toi toujours d'essayer de le rattraper.

lüge2
lüge2
Etudiant

  • 5 Messages | Galerie | Recueil | Offline

Re: Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

Lüge a écrit:

Après le drame de Charlottesville, le mot-clé #PunchANazi fait débattre de la légitimité de la violence à l’égard des militants d’extrême droite.

Fait symptomatique de la présidence Trump, c’est la deuxième fois en un an que le mème « Punch a Nazi » (« Frappe un néonazi ») est à l’affiche des réseaux sociaux américains. Une sorte de catharsis digitale à l’heure où le président des Etats-Unis défend les monuments en hommage aux confédérés, ménage l’extrême droite américaine et refuse de désapprouver explicitement les suprémacistes blancs après le drame de Charlottesville, en Virginie.
Dimanche 13 août, le lendemain de la manifestation « Unite the Right » qu’il a organisée dans cette ville américaine de l’Etat de Virginie, le militant nationaliste et raciste Jason Kessler a été frappé à plusieurs reprises avant d’être chassé de l’endroit où il devait donner une conférence de presse.

Comme le rappelle le site Mother Jones, l’histoire elle-même est pleine de confrontations physiques avec les partisans du IIIe Reich et leurs semblables. De la bataille de Cable Street à Londres, en 1936, où des milliers de fascistes ont été empêchés de manifester par une gigantesque coalition de juifs, de dockers et de communistes, à la marche « Death to the Klan » en Caroline du Nord, en 1979, au cours de laquelle trois manifestants antifascistes ont été tués.
Le débat est revenu en boucle sur Twitter et dans les médias en ligne après les événements de Charlottesville : « Is it OK to punch a Nazi ? » (« Est-ce acceptable de frapper un néonazi ? ») Les partisans de la méthode forte s’accordent pour trouver cet acte jouissif et symbolique nécessaire à la lutte contre la résurgence d’idéologies fascistes.

La lutte pour la justice est nécessairement subversive
Des arguments balayés par le Sud-Africain Tauriq Moosa dans une tribune du Guardian. Le chroniqueur considère qu’il s’agit d’un véritable dilemme éthique qui fait entrer deux règles morales en concurrence : « La violence, c’est mal » et « combattre le nazisme, c’est bien ». Pour lui, la normalisation des idées suprémacistes impose l’instauration d’une nouvelle règle morale selon laquelle il faut lutter contre le climat social qui accepte et nourrit le racisme.
« Frapper un néonazi, c’est affirmer que les idées racistes ne seront pas tolérées. Cela signifie que les gens qui veulent me voir moi et ma famille assassinés ne méritent pas le même respect que les autres. »
Pour appuyer son propos, Tauriq Moosa renvoie à un passage de la lettre de Martin Luther King rédigée en 1963 de sa prison de Birmingham à destination des « Blancs modérés », qui l’ont « gravement déçu ». Le pasteur y déplore :
« Le blanc modéré qui est plus attaché à l’“ordre” qu’à la justice ; qui préfère une paix négative issue d’une absence de tensions, à la paix positive issue d’une victoire de la justice ; qui répète constamment : “Je suis d’accord avec vous sur les objectifs, mais je ne peux approuver vos méthodes d’action directe” ; qui pense de façon paternaliste qu’il peut diriger l’agenda de la liberté d’un autre homme et qui conseille systématiquement au Nègre d’attendre “une saison plus appropriée”. »

Je crois que parfois la violence est légitime. Vous en pensez quoi ? (réfléchir avant d'écrire.)

https://68.media.tumblr.com/751c578d077f3bf8eae731ef204424d7/tumblr_or2hk0DN7E1qfeem4o1_500.gif

 

Barry Allen
Barry Allen
Chuunin

  • 622 Messages | Galerie | Recueil | Offline

Re: Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

Pourquoi ne pas frapper un nazi ?

Dernière modification par Barry Allen (25-08-2017 03:20:21)

Please Wait Now Loading... ® [QC] Delirious Army [KnK]

Hassegawa
Hassegawa
Bon Genin

Re: Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

La question me semble tellement absurde... La violence n'engendre que la violence c'est bien connu.
Pour faire très court mais vraiment très court, j'pense qu'il y a d'autres façons, d'autres manière d'affirmer son désaccord  avec un groupe fasciste, nazi, ou je ne sais quoi encore dont les idées se rapproche de près où de loin à "la suprématie blanche". C'est pas en tabassant son voisin rascite qu'on avance quelques part, encore moins vers un quelconque progrès, bien au contraire. Méditez un plus là dessus.

La satisfaction de mon image, voilà ce qui nourrit mon égo.

waydan
waydan
Chuunin

Re: Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

Hassegawa > oui dénaturé certes mais tu peux me croire que le café malgré qu'il soit l'une des plus grande drogue la plus consommé du monde ne tue pas autant que l'alcool voir toutes les autres drogues ne dis pas petit mon pote tu as même pas 1 ans de plus que toi et l'âge n'a rien à voir c'est pas parce que tu es sorti 2 mois avant moi de la chatte à ta mère que c'est bon tu es supérieur à moi tu parles du café comme si c'était l'un des plus grands destructeurs de vie :
L'alcool qui malgré ces effets dévastateurs pour le foie modifie la perception humaine déstabilise l'homme et le fait tuer chaque année plus de 3 000 000 (plus de 49 000morts par an en france) de personnes violé tué accident de la route etc...
La cigarette qui provoque de nombreux concerts et qui chaque année fait plus de 6 000 000 de morts dans le monde (beaucoup plus que les moustiques qui à elles seul ont tué plus de 50% des Hommes ayant vécu sur terre)
le café qui quant à lui le taux de mortalité n'a pas été compté ce qui signifie qu'il fait moins de 1000 voir moins de 100 morts par an dans le monde et puis au contraire pour le café les scientifiques ont plutôt tendance à privilégier ces effets qui rallongeraient la durée de vie. Pour faire une overdose de café (on peut en faire de chocolat de sucre etc... qui peut être encore plus grave que une overdose de café) il faudrait pour une personne de 70 kilos boire environs 60-70 tasses de café par jours alors voilà maintenant arrête de faire le connaisseur  et de trouver des excuses idiote pour refuser le débat voilà repose bien ton cerveau tu en as vraiment besoin tu te base sur de mauvaise connaissances

 

~H.O.K.A.G.E~
~H.O.K.A.G.E~
Excellent Genin

  • 20 Messages | Galerie | Recueil | Offline

Re: Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

waydan a écrit:

Hassegawa > oui dénaturé certes mais tu peux me croire que le café malgré qu'il soit l'une des plus grande drogue la plus consommé du monde ne tue pas autant que l'alcool voir toutes les autres drogues ne dis pas petit mon pote tu as même pas 1 ans de plus que toi et l'âge n'a rien à voir c'est pas parce que tu es sorti 2 mois avant moi de la chatte à ta mère que c'est bon tu es supérieur à moi tu parles du café comme si c'était l'un des plus grands destructeurs de vie :
L'alcool qui malgré ces effets dévastateurs pour le foie modifie la perception humaine déstabilise l'homme et le fait tuer chaque année plus de 3 000 000 (plus de 49 000morts par an en france) de personnes violé tué accident de la route etc...
La cigarette qui provoque de nombreux concerts et qui chaque année fait plus de 6 000 000 de morts dans le monde (beaucoup plus que les moustiques qui à elles seul ont tué plus de 50% des Hommes ayant vécu sur terre)
le café qui quant à lui le taux de mortalité n'a pas été compté ce qui signifie qu'il fait moins de 1000 voir moins de 100 morts par an dans le monde et puis au contraire pour le café les scientifiques ont plutôt tendance à privilégier ces effets qui rallongeraient la durée de vie. Pour faire une overdose de café (on peut en faire de chocolat de sucre etc... qui peut être encore plus grave que une overdose de café) il faudrait pour une personne de 70 kilos boire environs 60-70 tasses de café par jours alors voilà maintenant arrête de faire le connaisseur  et de trouver des excuses idiote pour refuser le débat voilà repose bien ton cerveau tu en as vraiment besoin tu te base sur de mauvaise connaissances

Wtf? xD

 

waydan
waydan
Chuunin

Re: Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

mdr il a tellement eu honte qu'il a supprimé son commentaire

Cliquez pour afficher le texte caché. Attention, Spoil.

 

Hassegawa
Hassegawa
Bon Genin

Re: Peut-on frapper un néonazi ? : la violence à l’épreuve de l’éthique.

waydan > Pour commencer on va mettre les choses au clair petit.
Je ne me sens plus intelligent que personne, je ne prétends pas non plus tout savoir sur tout mais je pense en savoir suffisamment pour te dire avec conviction que tu as tort. Je n'éviterai pas le débat et je ferai le connaisseur comme il me chante si ça peut aider à ouvrir ton esprit fermé qui te pousse à dire de tels absurdités... Quoi que... Ce que tu racontes n'est pas totalement stupide en soit.

Bien, à aucun moment je me suis exprimé sur le fait que le café soit l'une des plus graaaande drogue tuant des milliooons et des milliaaards de personnes. Non. Si tu t'en souviens, il me semble t'avoir dis que pour ma part, le café etait une drogue, comme l'acool en est une, comme les médicaments en sont une et comme tout autre consommation engendrant une dépendance abusive le sont. J'avais aussi préciser qu'elles agissent juste sous différents degré plus ou moins grave. Donc ta réponse ne fait que confirmer ce que je te disais hier. (Tu devrai prendre le temps de lire ce que les gens t'écrivent, ça éviterait ce genre de quiproquo).

Ensuite, le café ne faisant que "moins de 1000 voir moins de 100 morts par an dans le monde" il faudrait donc ignorer ces effets néfastes ? Tu te fou de mgl la j'espère?
Et puis tiens tu sors d'où ces chiffres dit moi ? Parce que j'suis vraiment curieux de le savoir. Et le café qui rallonge la duré de vie, mais oui... Pourquoi pas ? Soyons fou après tout... On dit aussi que le sperme rend les dents blanche.

Pour finir je t'invite à aller check ce lien qui t'expliquera tout comme moi que le café peut réellement devenir nuisible à long terme et que non il ne rallonge pas la durée de vie. https://www.google.fr/amp/www. … -corps/amp

Si mes connaissances sont mauvaise, tes sources le sont dix fois plus.
Cordialement, attendant avec impatience ta réponse.

La satisfaction de mon image, voilà ce qui nourrit mon égo.

Pied de page des forums